Le pivot d'Héricy

Mes critiques littéraires

posté le 10-02-2018 à 06:27:12

Histoire d'un allemand de Sebastian Haffner

icones

 


  Ce livre, qui décrit l'arrivée du nazisme, a été écrit en 1938 en Angleterre puisque l'auteur s'y exila juste avant la guerre; chose extraordinaire, il ne fut publié qu'en l'an 2000. Il rencontra alors un énorme succés. Un livre qui le mérite vraiment.

  Sebastian Hafner est un simple conteur de son histoire mais qui est bien évidemment l'Histoire, la grande et tragique, l'Histoire d'un peuple et l'Histoire du monde...L"Histoire d'un allemand " est un titre bien modeste car c'est l'histoire d'un bien grand nombre. Quittant l'Allemagne nazie, le journaliste allemand ne se sent pas bien à l'aise avec son attitude, qui est celle de beaucoup d'Allemands à l'époque, il semble un peu culpabiliser. "Je vais conter l'histoire d'un duel...entre deux adversaires très inégaux: un Etat extrêmement puissant, fort impitoyable et un petit individu anonyme et inconnu."

 Toujours est-il que ce récit de souvenirs est un intense témoignage prémonitoire, écrit en 1938; il est une exceptionnelle explication du comment et du pourquoi l'immense majorité des Allemands ont suivi Hitler sans être intrinséquement des nazis, comment s'est construit cette folie collective..

  Dès 1919 et la sortie de la guerre, Sebastien Hafner et à travers lui, l'Allemagne, n'a pas compris sa défaite. Il compare sa douleur d'avoir perdu la guerre, lui, encore un enfant qui "doute quant à la validité des règles du jeu" et Hitler, caporal pendant la Grande Guerre, à qui cette défaite ne fait  éprouver que "rage, défi et la résolution d'entrer en politique". Et il ajoute: "Je ne puis m'empêcher de trouver la maturité du garçon de 11 ans supérieure à celle de l'homme de 29. Quoi qu'il en soit, dès cet instant, il était écrit que je ne serai pas en bons termes avec le troisième reich hitlérien.

  Après l'effondrement militaire allemand et la traité de Versailles qui humilie la nation, le peuple allemand, se sentant trahi par ses chefs militaires et politiques, va finalement basculer et faire naître le nazisme. S.Hafner explique parfaitement à travers son histoire singulière le destin de son pays. La jeunesse allemande, bercée par 4 années d'ivresse patriotique et belliqueuse, ne pouvait s'engager avec le mouvement des communistes rouges qui" voulait tout prendre, tuer les parents s'ils avaient de l'argent et installer un régime terrible comme en Russie".

  Démilitarisée, l'Allemagne vit des heures pénibles dans sa reconstruction et en 1919, S.Hafner décrit les troubles dans le pays (émeutes, grèves, attentats, putsch), parlant même d'une révolution, passage de l'Histoire forcément très méconnue chez nous, peuple français victorieux et également en pleine reconstruction. Les conditions étant réunies, l'auteur s'étonne que les allemands ne créérent pas dès cette année la troisième reich. Il évoque le fait que le peuple allemand  "qui fait sans nul doute preuve d'une bravoure exemplaire sur le champ de bataille devient couard ds qu'il s'agit de s'opposer à l'autorité". Intéressante remarque qui en dit long sur la différence entre Allemands et Français !

  En 1921, un homme surgit sur la scène politiques , c'est Walter Rathenau. Industriel issu d'une famille juive, Hafner le décrit comme un homme brillant 'il aurait pu être philosophe allemand en 1800, un roi de la finance internationale en 1850, un grand rabbin...". Pour Hafner, l'homme de la situation pour l'Allemagne. Mais son destin et celui de l'Allemagne tout autre, puisqu'il fut assassiné. Le pays se choisit un autre guide plus tard, malheureusement.

  La 1ère partie du livre mentionne toutes les conditions qui ont favorisées l'émergence du nazisme et S.Hafner: la crise économique (responsabilité imputée à l'étranger), les années ultra-sportives 1924, 1925,1926 où "le nombre de licenciés et de spectateurs fut multiplié par 10" et où l'auteur indique qu'un record en athlétisme  "provoquait exactement les même sentiments naguère que 20 000 russes faits prisonniers" - une sorte de folie collective qualifiée "d'abrutissement soudain, manifeste et généralisé de la jeunesse" et et dont les hommes politiques de tout bord n'avaient de cesse de faire des louanges. Et puis Hafner déplore le manque de culture, de dialogue et de débat d'idées des Allemands dans les années 20. sa faible aptitude à la vie privée et au bonheur individuel; pour lui, "seule une minorité entend quelque chose à la vie et se montre capable de lui donner un sens". D'où cette ivresse collective naissante...

  Le nazisme se met en place et Hafner a des mots absolument terrible. Terrible et magnifique. Qui peut aussi bien décrire cette folie qu'un Allemand, un homme qui a vécu de l'intérieur ces événements et cet avènement? Hitler devint chancelier. "Certes, c'était dans l'air depuis longtemps. Il fallait s'y attendre. Et pourtant, c'était tellement irréel [...]. L'espace d'un instant, je sentis presque physiquement l'odeur du sang et de la boue qui flottait autour de cet homme, je perçus quelque chose comme l'approche dangereuse et révulsante d'un animal prédateur..." De nombreux passages du livre sont magnifiquement écrits, l'intensité du texte est incroyable.

  Un peu après, les premières mesures prises contre les Juifs en 1933 passent presque dans un certain anonymat, une apathie collective. Hafner évoque bien ce fait en ces termes: la remise en cause de la cohabitation des Hommes sur terre ". C'est le boycott de tous les magasins. Et puis, "une campagne d'information contre les Juifs. Des tracts, des affiches, des réunions informèrent les Allemands qu'ils étaient dans l'erreur en tenant les Juifs comme des êtres humains. " !!!

L'horreur des propos (puis des actes) n'allait pas s'arrêter là (on le sait bien), et même si elle suscita l' effroi de certains, elle convainquit le plus grand nombre, et souvent par la force.

  S. Hafner, qui sent la menace et qui se déclare "aryen", ne boycottera ni sa petite amie juive Charlie , ni Frank son meilleur ami juif également. Les anecdotes qu'il raconte sont toutes plus affligeantes les unes que les autres et montre que ces nazis ont véritablement effectué une "chasse à l'homme". Terrible de réalité.

  Je pourrais reciter, récrire tant de passages de ce livre historique exceptionnel. Je concluerai cet éloge pour ce texte par une question plus globale que pose S.Hafner, d'une beauté simple pour le commun des mortels:

" Qu'est-ce que l'histoire? Où se joue-telle?

L'histoire de la décennie présente apparaît alors comme un tournoi d'échecs entre Hitler, Mussolini, Tchang Ka¨-Chek, Roosevelt, Chamberlain, Daladier et quelques douzaines d'hommes dont les noms sont plus ou moins dans toutes les bouches. Nous autres, les anonymes, sommes tout au plus les objets de l'histoire, les pions que les joueurs d'échecs poussent, laissent en plan, sacrifient et massacrent[...] et paradoxalement "les décisions historiques qui comptent vraiment se jouent entre nous, les anonymes, dans le coeur de chaque individu placé là par le hasard, et qu'en regard de toutes ces décisions simultanées, qui échappent même souvent à ceux qui les prennent, les dictateurs, les ministres et les généraux sont totalement désarmés."

  Voici un bien beau message pour notre vie, notre comportement personnel dans la société, un regard particulier et qui renvoie à l'actualité alors que notre monde parait en danger ou dangereux (sans doute une crainte due à la surmédiatisation récente). Non pas qu'il faille s'alarmer, mais il est important de penser que malgré Trump, Kim yo-Jong ou Daesh, c'est bien nous, chaque jour, qui faisons peu ou prou l'histoire des hommes.

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Actuellement je lis...